Poinçons de contrôle après réparation dans les arsenaux

Lorsque le couteau du soldat subissait une réparation dans les arsenaux, ce dernier était frappé d'un poinçon de contrôle sur l'une de ses poignées, le garantissant à nouveau "bon pour le service".

Nous ne disposons que peu de renseignements sur ce sujet précis, les deux types de poinçons ci-dessous sont connus et référencés dans le livre "Le couteau du soldat suisse" de Thierry Deladoey.

Poinçons de contrôle après réparation par les arsenaux

 

Poinçon "mystère"

Nous venons de découvrir un nouveau poinçon de forme triangulaire jusque-là inconnu sur un couteau "Modèle 1951".

Nous supposons qu'il s'agit d'un autre type de poinçon de contrôle après réparation, mais nous ne saurions l'affirmer avec certitude.

Cette information est en cours de vérification.

 

 

Poinçon "Privé"

Il convient de distinguer deux types de frappe du poinçon "P" :

Privé

- La frappe au moment de la fabrication du couteau en usine, réservée aux répliques civiles de certains couteaux du soldat. Cette frappe se caractérise par sa régularité et sa précision. Pour plus d'informations, voir "Les productions civiles Victorinox "200 R" (Inox) et "200 S" (acier), répliques du "Modèle 1908" suisse". Il semble que cette pratique ait pris fin en 1950.

Privé

- La frappe après le temps de service militaire du soldat si ce dernier souhaitait conserver le couteau, attribué par l'armée lors de son incorporation, en souvenir. Cette frappe était alors manuelle, donc généralement moins régulière et moins précise que la précédente. Cette pratique semble avoir pris fin définitivement en même temps que la disparition du "Waffenkontrolle".

 

 

 

 

Copyright © 2013 Robert Moix

Site réalisé par Jean-Claude Figuet